Vous êtes ici : Accueil > EDD dans l’Académie > Un défi photos académique : CLIC-DURABLE > 2-Photos des collèges ayant participé au CLIC-DURABLE 2016
Publié : 7 avril

2-Photos des collèges ayant participé au CLIC-DURABLE 2016

Cette page présente les productions des élèves des collèges ayant participé au concours photos CLIC-DURABLE. Elles sont présentées par établissements (sans classement !).

Collège Camille Claudel (Rouen)

CLIMAX
Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet photographique qui répond à un concours intitulé « Génération Climat ». Comme nous sommes engagés dans un dispositif éco-citoyen dans notre établissement, nous étions volontaires pour répondre à ce concours. Durant quatre midis, nous nous sommes retrouvés avec Mme Bénard, principale-adjointe du collège et M. Peter, professeur d’arts plastiques pour créer notre image.
Nous avons d’abord proposé des photos qui consistaient à « photographier le climat ». De nos images, nous avons conservé des idées qui cherchaient à définir ce qu’est le climat (une atmosphère, la météo, la température, la pression, la variation de la lumière…) et nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de travailler avec la lumière du vidéoprojecteur qui était bleue. Nous avons commencé à nous mettre en scène dans cette lumière bleue en jouant avec des « images théâtrales » (le souffle coupé, la respiration, la menace, le réchauffement…) mais nous avons trouvé que nos images n’étaient pas assez efficaces. Nous avons donc décidé de projeter une image de paysage (qu’une élève du groupe avait fait) sur nos corps tout en essayant différentes postures et attitudes qui pourraient offrir la vision d’un groupe, d’une génération qui fait face à une menace.
Cette composition, jouant avec l’ombre et la lumière, nous renvoie à la capture d’un instant « climatique », un climax* qui montre des attitudes protectrices, de défense, ou parfois de curiosité (gestes de la main) d’un groupe qui font face à un événement lumineux, une couleur entre bleue (qui nous renvoie au ciel, à l’océan, ou au nom de notre planète) et blanche, froide, parfois glaçante qui fige nos corps « écran » en « apnée ». Cette lumière menaçante, entre enveloppement et effacement, gomme notre identité pour laisser place à un groupe d’une génération anonyme qui assiste à un basculement décisif vers un avenir climatique incertain. Quant à l’ombre, qui « habite » l’image, elle nous laisse entrevoir des empreintes entre présence et absence (arbres, branchages, racines et silhouettes humaines) qui prennent le dessus sur nos corps. Elle pourrait signifier « les zones d’ombres » des relations que tisse l’Homme avec la nature qui envahirait de doute cette génération.
Le Rôle des photographes était d’être « les metteurs en scène » du groupe. Ils devaient organiser les postures des élèves en structurant son image dans le cadre de l’appareil, en précisant des consignes de jeu mais aussi en proposant son point de vue photographique sur le climat. Il devait chercher l’harmonie entre tous ses constituants de l’image en prenant en compte la manipulation de l’appareil photographique.
Le choix de cette image (à travers la série d’images produites) s’est décidé, avec l’aide d’élèves qui n’ont pas participé, des regards « neufs et objectifs » qui ont su nous persuader de leurs interprétations très variées et qui ont su traduire nos intentions. Cette photo est une invitation à réfléchir sur notre place dans un monde « climatique » changeant. Finalement, c’est à nous, génération d’aujourd’hui, de proposer un « après-climax » pour notre climat.
* terme que l’on emploie en littérature, en arts et en écologie pour parler d’un acmé d’une apogée, un point culminant dans une succession ou progression à travers le temps.


Collège La Providence Nazareth (Eu)

Photo 1 : Le Reflet Durable
“En marche” : c’est la première pensée qui nous vient en observant ce cliché. Le cavalier, en toute liberté, avance fièrement sur sa monture, se dirigeant vers la droite, vers le futur. Mais quel futur ? L’Homme est accompagné et aidé par la nature (animaux, mer, vent, sable), il peut alors plus sereinement s’avancer vers l’avenir, se laisser guider par son cheval. Ce dernier représente une monture écologique, une alternative aux nombreux dégagements de gaz à effet de serre comme ceux émis par les véhicules motorisés.
Ainsi, l’Homme s’avance dans un instant durable, vers un milieu où le développement durable propose un meilleur avenir avec des énergies renouvelables. Et ce reflet du cavalier avec sa monture met en évidence que ce phénomène de durabilité pour la planète (représentée par la grande étendue de mer, de ciel et de plage sur la photographie) peut avoir un effet miroir : chaque être humain peut à cette suite suivre le pas, suivre le reflet durable pour voir la vie en bleu mer.

Photo 2 : Le sourire de la cascarc-en-ciel
C’est dans une reculée que l’on peut oberver ce magnifique paysage. On y ressent tout de suite un bien être nous envahir... comme si on y était. La nature montre une harmonieuse association entre l’eau, la végétation et les éléments rocheux. Le regard est tout de suite interpellé par l’eau de la cascade, symbole de la vie. Vie qui a été donnée aux plantes avoisinantes. Ce vert qui nous pénètre représente la couleur de la nature, du “biologique”. Par la photosynthèse, les végétaux chlorophylliens nous indiquent une voie à prendre : utiliser l’énergie du soleil, autrement dit faire du développement durable pour l’avenir de la Terre.
On peut voir aussi l’immensité de la nature avec les strates géologiques qui indiquent l’importance du temps qui s’écoule sur notre planète, témoins d’anciens environnements et climats du passé. Enfin, on remarque la présence discrète d’un arc-en-ciel au centre de l’image. Les strates, le sentier en conrtebas et l’arc-en-ciel forment des arcs de cercle : toute la nature est là et nous sourit.


Collège Pablo Neruda (Evreux)

Photo 1 : Le village des petits bouchons
Le plastique est partout autour de nous. Il envahit notre environnement. Jeter des sacs plastiques, des bouteilles, est devenu banal c’est pourquoi nous avons décidé d’utiliser ce matériau pour construire notre photo qui représente un village. L’action humaine détruit notre environnement naturel et modifie le climat alors nous avons mis des feuilles mortes pour montrer le mal causé par les changements climatiques sur la vie. Le développement durable est important que ce soit pour le climat ou le respect de la nature et donc pour l’Homme.

Photo 2 : La marée grise
L’océan est un milieu de vie qui régule le climat. Il est en danger par la faute de l’Homme. Nous avons utilisé le papier comme matériau pour construire notre projet. Les mains que l’on voit montrent que les Hommes avancent sans changer véritablement leur comportement. Le pétrole continue de se répandre, la faune et la flore en souffrent, l’environnement marin change et donc le climat aussi. Les saisons ne sont plus les mêmes et nous le ressentons déjà. La pollution de l’eau s’associe à la pollution de l’air pour changer le climat. C’est inquiétant et c’est pourquoi nous avons choisi de montrer une marée « grise ».


Collège Marc Chagall (Gasny

Photo 1 : Génération climat : à l’attaque des déchets alimentaires !
Dans le monde un tiers de la part des aliments comestible est jetée ou perdue. C’est un prélèvement inutile des ressources de la Terre et une production inutile de gaz à effets de serre qui augmentent la température sur terre. En interviewant les personnes travaillant à la cantine nous avons appris que soixante kilogrammes de déchets alimentaires venant de nos assiettes sont jetés chaque jour. Nous avons organisé des actions de sensibilisation. Nous avons accroché des affiches « cop ou pas cop de finir ton assiette ? » pendant la cop21. Nous avons organisé un midi une « brigade antigaspi » à la cantine. Nous avons demandé aux élèves de ne prendre que ce qu’ils comptaient manger et à la fin du self nous avons trié les déchets des assiettes pour notre composteur. Nous avons pris de photos, filmé, fait des interviews et vidé et photographié le contenu d’une poubelle.Nous sommes la génération cop 21 et nous sommes « cop » de nous battre pour notre planète.

Photo 2 : La planète appelle Au Secours
Dans le monde un tiers de la part des aliments comestible est jetée ou perdue. C’est un prélèvement inutile des ressources de la Terre et une production inutile de gaz à effets de serre qui augmentent la température sur terre. En interviewant les personnes travaillant à la cantine nous avons appris que soixante kilogrammes de déchets alimentaires venant de nos assiettes sont jetés chaque jour. Nous avons organisé des actions de sensibilisation. Nous avons accroché des affiches « cop ou pas cop de finir ton assiette ? » pendant la cop21. Nous avons organisé un midi une « brigade antigaspi » à la cantine. Nous avons demandé aux élèves de ne prendre que ce qu’ils comptaient manger et à la fin du self nous avons trié les déchets des assiettes pour notre composteur. Nous avons pris de photos, filmé, fait des interviews et vidé et photographié le contenu d’une poubelle.Nous sommes la génération cop 21 et nous sommes « cop » de nous battre pour notre planète.


Collège Pierre Mendès France (Val de Reuil)
Photo 1 : Eco-Self
Tout le monde peut faire quelque chose pour la planète. Nous avons fait un « éco-self » pour montrer l’exemple. On a ramassé les déchets dans la cours du collège. On espère que d’autres élèves feront des « éco-selfs ». Ensemble, protégeons la planète !

Photo 2 : Protégeons les ours polaires
La banquise fond à cause du réchauffement climatique. Les Ours essayent de survivre. Il faut les protéger pour ne pas qu’ils meurent de froid et d’épuisement. Arrêtons de polluer la Terre !


Collège Georges Ambroise (Gaillon )

Photo 1 : Vallée enneigée : réelle ou fantasmée ?
Je me promène avec toi, mon enfant. Boules de neige lancées, rires, courses-poursuites, les vacances en Auvergne sont un ressourcement. Main dans la main, la neige crisse sous nos bottes, tu marches d’un pas léger, insouciant. Je regarde ce paysage blanc et pur qui s’offre à nous, je suis inquiète. Et si la montée des températures que l’on nous prédit dépassait les 2°C fatidiques ? Jusqu’où aurons-nous à monter en altitude pour jouir à nouveau d’un si beau spectacle ? Notre vallée à jamais verte, colonisée par une herbe chêtive et monospécifique ? Qui des banquiers, des industriels, des élus qui développent nos villes gourmandes en transports, électricité et chauffage, des agriculteurs trop mécanisés, utilisant des intrants chimiques trop nombreux, des politiques qui soutiennent une PAC au bord de l’implosion, qui sont les responsables ? Nous tous, qui trions encore mal nos déchets et mangeons trop de viande ? Nous avons le devoir d’informer et d’éduquer nos enfants, et de changer, petit à petit certains de nos pratiques quotidiennes. C’est en marche, pour sauver le climat , nos paysages, nos enfants et tous les êtres vivants sensibles peuplant notre planète !

Photo 2 : Champ-patûre : réelle ou fantasmée ?
Je me promène avec toi, mon enfant, au bord de cette route de campagne. Le ciel est lourd, les nuages laissent passer, timides, quelques rayons de soleil. Notre chien nous suit, gai, aboyant, guettant les vaches, il passe dans le champ. Mais seront-elles de sortie ? L’agriculteur les fera-t-il pâturer, sortir du bâtiment où elles se chamaillent, tournent en rond, abimant leurs sabots qui ont besoin de dur, dans la paille et le fumier trop épais, trop mou, trop sale ? Qui des banquiers, des industriels, des élus qui développent nos villes gourmandes en transports, électricité et chauffage, des agriculteurs trop mécanisés, utilisant des intrants chimiques trop nombreux, parce qu’ils ont peur d’une mauvaise récolte, utilisant des antibiotiques sur leurs animaux d’élevage malades et fatigués en permanence, qui sont les responsables ? Nous tous, qui trions encore mal nos déchets et mangeons trop de viande ? Nous, consommateurs, qui exigeons des prix bas dans les supermarchés ? Nous avons le devoir d’informer et d’éduquer nos enfants, et de changer, petit à petit certains de nos pratiques quotidiennes. C’est en marche, pour sauver le climat , nos paysages, nos enfants et tous les êtres vivants sensibles peuplant notre planète !


Collège Paul Bert (Fécamp )
Photo 1 : L’anomalie de ce paysage
Dans la lumière de l’hiver, on peut admirer l’étrange phénomène de la renaissance prématurée de ces framboisiers, face au froid de la Normandie, qui cette année n’est point présent. Sur un fond monotone, des feuilles appartenant autrefois aux branches dénudées par l’automne, ces couleurs chaudes triomphent face aux couleurs mornes de l’hiver, mais bien avant l’heure.

Photo 2 : 4x4
Est-ce nécessaire d avoir un 4x4 pour faire quelques mètres ?
- non et si nous imaginions un monde sans 4x4 pour réduire la pollution qui menace notre planète ?


Collège Simone Veil (Bourg Achard )

Photos : Nouveau collège : nouvelle génération
Nés en 2004, nous avons grandi pendant que les glaciers, eux, ont rétréci. Le réchauffement climatique, nous en avons eu au biberon, à l’école et même à la cantine. Nous le connaissons, mais il nous inquiète …
Arrivés en 6e, dans un collège d’une ancienne génération, nous sommes enfin, depuis Janvier 2016, dans un collège qui nous correspond : celui de la génération « HQE » (Haute Qualité Environnementale).
Ce nouveau bâtiment nous inspire, bâti sur l’idée de moins consommer : moins d’électricité et donc moins d’énergie car des puits de lumière ponctuent et habillent le plafond du hall central de notre nouvel établissement. Et c’est aussi bien plus joli quand le soleil veut bien être de la partie.
Nous voulions avec cette photo, montrer ces puits inversés : le regard n’est pas en haut, à essayer de voir le fond, mais vient du fond et il est irrésistiblement attiré vers le haut, nous donnant envie de voler.


Collège Eugène Noël ( Montville)

Photo 1 : La mare
La photographie montre un milieu très fragile et soumis à des conditions climatiques changeantes (périodes longues de sécheresse) qui menacent des espèces isolées du fait de la dissémination des mares.

Photo 2 : branche de pommier sur fond de ciel
Le cadrage de la branche d’un arbre au printemps met l’accent sur les changements climatiques qui s’opèrent dans le temps et sur l’avancée du printemps en particulier. Le cadrage en contre-plongée avec la branche sur le fond de ciel met en avant le lien avec le réchauffement de l’atmosphère.


Collège Georges Braque (Dieppe)

Photo 1 : Mains tenant la planète en vie !
Nos mains sont autour de la planète de façon à faire un bouclier car la planète est en danger. Nous devons faire en sorte de la protéger contre le réchauffement climatique et ses effets. Si le niveau de l’eau continue de monter à cause de la fonte des glaces, des populations côtières seront déplacées, des espèces animales (que l’on voit sur la planète) disparaîtront. Sur la planète, on a représenté les sources du réchauffement climatique (usines, voitures, déforestation) et des solutions (comme les panneaux solaires). Il faut lutter contre le réchauffement climatique !

Photo 2 : Plus de sécheresse pour ma planète !
Dans le monde, le réchauffement climatique est de plus en plus important. Les glaciers fondent en masse, la forêt se dessèche, la couche d’ozone s’affaiblit.
Cette photo représente une plante qui combat contre la sécheresse. Chacun de nous peut représenter cette plante, chacun de nous peut combattre le réchauffement climatique. Et si tout le monde représente cette plante, alors nous pouvons représenter une forêt. C’est pour cela que nous avons pris cette photo, pour faire passer un message contre le réchauffement climatique.